Université Populaire et Citoyenne de Roubaix
< 5/41 >

Accueil et hospitalité

Accueil et hospitalité

contribution à l’élaboration d’un projet "chercheurs-citoyens"

L’Université Populaire et Citoyenne de Roubaix (association loi 1901) mène depuis 2005, une "recherche-action citoyenne" sur le thème "culture-mémoire-discrimination". Nous essayons de réinstruire collectivement nos savoirs en associant comme citoyens "chercheurs" et "praticiens". Cette recherche-action s’est d’abord centrée sur l’appropriation collective de l’histoire de l’immigration à Roubaix. Elle a mené un travail de recherche spécifique partant de la mémoire d’un foyer d’accueil de travailleurs migrants (Areli). Elle s’est parallèlement impliquée, à travers l’aménagement de l’écoquartier de l’Union, dans l’élaboration d’un projet de "Cité régionale de l’histoire des gens du textile" aux côtés de l’Association des Anciens Salariés du Peignage de la Tossée. De ce travail sur l’histoire de l’immigration mais aussi sur l’avenir de la ville ont émergé l’importance de repenser nos pratiques et nos politiques d’accueil et d’hospitalité.

Si l’accueil, l’hospitalité constituent une ouverture vitale pour assurer la cohésion et le développement d’un groupe dans l’histoire des Sociétés, l’hospitalité est aussi vécu comme une "épreuve de l’autre" à la fois pour l’accueillant et l’accueilli, dans un rapport inégalitaire, qui peut être source de nombreux conflits. C’est pourquoi, l’hospitalité fait souvent l’objet de rites et d’obligations religieuses. Mais l’épreuve et l’obligation de l’hospitalité de l’indigent ou du voyageur ont pu être mises à distance par la montée du Marché et du rôle de l’Etat-providence, dans la prise en charge de la solidarité. (Anne Gotman sociologue, Le sens de l’hospitalité, PUF 2001),

De même, notre société moderne s’est construite sur l’idée de Nation et de République à partir de laquelle s’est affirmée à la fois les droits des citoyens libres et égaux mais aussi par opposition à un statut et des droits de "l’étranger"(ennemi ou primitif) restreignant les conditions d’accueil et contrôlant "l’immigration". (Gérard Noiriel historien, Le creuset français, Seuil 1988). La construction de cet arsenal juridique a aussi été une autre manière de mettre à distance l’accueil et l’hospitalité.

Mais aujourd’hui, la globalisation d’un Monde toujours plus inégal, couplée à l’emballement du déréglement climatique multiplient les risques de guerres, de catastrophes naturelles et sanitaires. Ces évènements vont submerger les protections assurées par chaque Etat et Nation (et les quelques agences internationales en place). Les sociétés sont amenées à reéquilibrer des systèmes de solidarités plus économes pour être en capacité d’apporter des réponses plus globales (internationales). A côté des solutions marchandes et philantropiques inégalitaires, peut-on repenser un service public renouant avec une économie associative et coopérative, plus économe, plus humaine et plus égalitaire parce que réimpliquant le citoyen dans des actions d’accueil et d’hospitalité ? (Politique de l’association, Jean Louis Laville, Desclée de brower, 2009)

Le regain de débats sur le "care" ou la "fraternité" peuvent s’inscrire dans cette recherche de nouvelles formes de protections sociales. Repenser les notions, les pratiques et les politiques "d’accueil, d’hospitalit, de communautés" face aux nouveaux flux migratoires mais aussi face à la désaffiliation sociale dans nos sociétés devient un enjeu majeur pour résister aux catastrophes en cours. (Le moment de fraternité, Régis Debray, Gallimard , 2009).

La Région Nord -Pas de Calais "terre d’accueil et de travail", région frontalière et industrielle dispose d’une expérience forte en matière d’immigration depuis plus d’un siècle. Souvent douloureuse parce qu’inscrite dans une histoire d’exploitation par le travail à la mine ou à l’usine, elle a aussi été une histoire de solidarité, d’entraide et d’accueil qui ont permis de stabiliser un minimum de cohésion sociale. S’appuyant sur cette histoire et sur cette réalité encore présente, nous proposons d’ouvrir avec les citoyens, les acteurs de la société civile, les agents des institutions, les élus, les chercheurs, des universités populaires, ateliers d’échanges de savoirs pluridisciplinaires (anthropologie, histoire, sociologie, psychologie, économie,...) qui étudient chacun à partir d’une situation d’accueil dans la région, les conditions de développement des pratiques et politiques d’accueil et d’hospitalité.

A Roubaix-Tourcoing-Wattrelos, l’Université Populaire et Citoyenne s’est engagée dans la création d’un lieu de mémoire du textile avec l’Association des Anciens Salariés du Peignage de la Tossée (AASPT), le Collectif de l’Union (qui regroupe une dizaine d’associations dont l’AASPT et veut peser sur l’aménagement de l’écoquartier de l’Union) et depuis juin 2011, l’association Union des Gens du Textile (UGT). L’Ugt fédère plus d’une centaine d’anciens salariés du textile issus de nombreuses usines de la métropole lilloise.

En février 2011 a été stabilisé un premier "programme de définition" d’un lieu de mémoire porté par l’UGT. Ce lieu de mémoire s’affiche comme "coopérative d’économie solidaire" c’est à dire comme un lieu d’échanges, de rencontres, de vie qui soit attractif aux anciens du textile et à leurs familles. Huit projets seraient en interaction : une chaîne de production textile reconstitutée (Nordelaine), un tricotage machine et main, une friperie-ressourcerie-retouche, une cantine-bistrot, une salle des fêtes, une université populaire, une agence de tourisme solidaire, un service emploi-solidarité. L’objectif est d’offrir différentes activités d’échanges à la fois marchandes et non marchandes qui puissent rassembler les anciens du textile, leurs familles et au delà, tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et la reconversion de ce territoire textile que constitue l’agglomération Roubaix-Tourcoing-Wattrelos. Cette "cité régionale de l’histoire des gens du textile" voudrait être un lieu permanent de confrontation des mémoires pour construire une histoire partagée. Une histoire dont les enseignements nous éclairent pour concevoir une société d’accueil et d’hospitalité compatible avec la finitude du Monde.

L’histoire de cette industrie textile croise l’histoire de la mondialisation et de l’immigration. Dans cette histoire, l’accueil et l’hospitalité dans et entre les différentes communautés ont été riches de traditions, de contraintes, d’ambivalence, de pratiques et de politiques successives que l’on peut collectivement se réapproprier pour affronter l’avenir. Dans le cadre de ce projet "chercheurs-citoyens", un programme d’échanges de savoirs , d’ateliers d’histoire locale est à construire en même temps que la définition d’un projet scientifique et citoyen d’un futur "lieu de mémoire textile" intelligent.

Téléchargez ici le texte au format PDF :

PDF - 75.6 ko
Accueil et hospitalité
Spip | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0